Les Rencontres Littéraires De Morières

Les Rencontres Littéraires De Morières

REGINE SALVAT

 

regine-salvat-retouche.jpg

 

 

Romancière au parcours singulier, cette biologiste médicale de profession a choisi l’écriture comme un hymne à la vie après la tragique disparition de son fils Rémy, l’été 2008. Son premier récit est paru aux Editions Jean-Claude Lattès en février 2011.Hommage à un enfant qui, du haut de ses huit ans, a déclaré «  Lire, c’est gagner sa liberté. Celle de vivre en homme libre. Lire, c’est vivre ! » (UNE HISTOIRE A TENIR DEBOUT- Edts JC Lattès)

 

TITRE

UNE HISTOIRE A TENIR DEBOUT-    Jean Claude Lattès

images.jpg

 

« Amoureux des mots, amoureux des livres, Rémy m’a demandé d’écrire son histoire. J’y suis parvenue, parce qu’il est de ceux qui vous font grandir et tenir debout. Tantôt taquin, tantôt profond, il était capable de traverser les apparences, de dépasser dogmes et idées reçues.
À travers son regard dans ce récit, les choses de la vie prennent un sens nouveau, lumineuses dans la grisaille, ridicules dans le paraître ou belles dans la laideur.
En août il est né, en août il a choisi de nous quitter en lançant un appel pour le droit à l’euthanasie. C’était quelqu’un, un être rare. Ni star, ni vedette, juste quelqu’un qui voulait devenir, offrir un sens à sa vie, à la vie, à nos vies. Une vie digne des contes et des légendes ? Je ne sais mais ce que je peux vous dire est le nom du héros des pages de ce récit: RémY Salvat, avec un "i grec". »

 

ce livre hors-normes a été salué par les critiques de lecteurs professionnels ou tout public transportés par l’écriture de l’auteure :

 

 Grégoire Delacourt -Auteur de « La liste de mes envies »- Edts JC Lattes) 

« Avant de me tenir debout, c'est une histoire qui m'a tenu éveillé toute la nuit. Au matin, j'avais un copain pour toujours -Rémy, fasciné par les samouraïs, touchant comme ce n'est pas permis, petit arbre noueux qui rêve de se déployer et dont les branches finissent par toucher l'impossible: l'amour. Et quel amour! Celui de Régine, sa mère, de son père très élégamment vêtu d'ombre.
Et puisque tout amour est un combat, Régine se bat pour son petit, comme la plus féroce des louves. A ce propos, je me souviens d'une très jolie phrase dans un roman de Joséphine Hart: "Méfiez-vous d'un animal blessé, il sait qu'il peut survivre". C'est ça la force du magnifique livre de Régine Salvat.
Alors lisez-le, offrez-le; enrichissez votre vie d'une rencontre inoubliable. »


               

   Laurence Biava ( La Cause Littéraire – Mars 2012)

« (…) Mais toujours l’écriture est là, bouée de secours, légère et constellée. Mais toujours Rémy est là, héroïque, vivant, volcanique. Ce livre poétique force le respect parce qu’il parle, au fond, de toute notre vie à tous. De nos combats, de nos joies, de nos peines. De nos forces vives. De notre volonté de nous dépasser. Et puis des gens qui s’enfuient devant le malheur des autres. De la lâcheté. De nos états d’âme, de nos tragédies intimes. De notre fatigue aussi. Ici, tout est affaire de signes, de symboles, de transgression même. Ce récit somptueux et éclairé dit l’intensité, l’intensité de la vie qui brûle les doigts, celle qu’on doit vivre vite parce que le temps manque ou parce que la rumeur monte du ruisseau. Il dit l’intensité d’aimer.(…) »

                                            

  Henri Delorme ( le MagChic- Juin 2013)

" Ce qui me décide à choisir un livre ? Sa couverture, son titre qui en dit long, trop, ou pas assez….À la lecture du livre de Régine Salvat, ces principes volent en éclat……La couverture masque un torrent d’amour et de générosité.
« Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi, un invincible été. » Camus

Régine est l’été dans ce monde apathique et replié sur lui-même, elle est la mère de Rémy.(…)"
                                              

 Depuis lors, Régine Salvat poursuit l’écriture. Cette année 2013, elle nous offre un roman paru en juin chez TDO Editions «  BUGARACH, LE MYSTERE DE LA FEMME A L’OISEAU ». Ses lecteurs retrouvent cette plume singulière qui séduit les amoureux de la littérature dès les premières pages de chacun de ses récits.

 

 

TITRE

BUGARACH, LE MYSTERE DE LA FEMME A L’OISEAU chez TDO Editions

 

images (1).jpg

 

Philippe Marlin - Les chroniques d'EL'BIB-  blog Le Bibliothécaire- Edts Oeil du Sphinx

 

Un excellent roman dans lequel le pech partage la vedette avec le village de Rennes-les-Bains, véritable centre de gravité de l'intrigue. Un village bien croqué, avec ses pailloux, son libraire (!), son bistrot de la place et son tenancier gay. Une jeune femme part à la recherche d'une amie disparue, son dernier signe de vie étant un courrier posté de la station balnorennaise. Et de pénétrer, au prétexte de faire des recherches en botanique, dans les milieux marginaux qui hantent le café pour mener en toute discrétion son enquête. On y côtoie des personnages haut en couleurs, qui participent tous à un lourd secret. Il y a bien évidemment une odeur de secte qui plane sur le passé de la communauté, mais il y a surtout dans le récit un paysage magnifique que la plume de l'auteur nous restitue parfaitement.

 

 



09/09/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres