Les Rencontres Littéraires De Morières

Les Rencontres Littéraires De Morières

TANIA SABATIER ET ISABELLE CALLIS-SABOT

                                         4.jpg           

 

 

                                                                             ISABELLE CALLIS-SABOT

 

                  1.jpg

 

 

 TANIA SABATIER

 

 

                                                                  

 

ISABELLE : 

Je suis est née à Montpellier en 1958. Après des études d’ergothérapie, je me consacre à l’écriture. D’abord poète, je commence par publier quelques recueils, avant de me tourner vers le roman.

Le Bugey, où je suis venue m’installer, devient la source de mon inspiration, par la richesse de son histoire et la beauté de ses paysages. Mon premier ouvrage « Le Miracle de Mazières » témoigne de mon attachement à cette région. Suivront ensuite d’autres romans historiques célébrant diverses périodes et différents lieux de l’Ain.

En 2009, je quitte mon pays d’adoption et choisis de vivre dans le Sud de la France. Un retour aux origines, un choix déterminé, un endroit où je puiserai le thème de mes futurs ouvrages.

La trilogie « Le roman de Banyuls » remportera, en 2017, le Grand Prix Roussillonnais des Écrivains.

 

 

TANIA :

Je m’appelle Tania Sabatier, j’ai 18 ans, et suis une jeune Auteure/ Illustratrice, à l’itinéraire un peu particulier.

En effet, depuis toujours je dessine,  le dessin est mon monde et mon mode d’expression.

 

… il faut dire que je suis « Asperger », c'est-à-dire que j’ai des troubles assimilés au syndrôme autistique. Pour moi, les interactions sociales ne sont pas naturelles, elles sont difficiles et douloureuses, souvent source de désillusion. Alors, le refuge dans le dessin est idéal.

 

Parce que j’ai eu la chance depuis toute petite d’avoir eu de nombreuses expériences : voyages, spectacles, danse, piscine, dessin, peinture, poterie, et que les animaux m’ont offert le contact émotionnel que les enfants de mon âge ne m’offraient pas ou si rarement, j’ai pu sortir de mon retrait relationnel, même si cela me demande toujours de me jeter à l’eau, … et je suis capable aujourd’hui d’avoir des échanges plus spontanés.

 

L’édition de Siréna puis grâce à la chance que m’a donnée Isabelle Callis Sabot avec les contes d’une sorcière en pays Catalan, sont la démonstration que le talent peut se cacher derrière le handicap. Qui aurait dit, il y a encore peu de temps que je pourrais me révéler avec autant de détermination et de passion ?

 

Merci de m’avoir permis de vivre cette expérience qui j’espère bien ne fait que commencer…

 

NB : Editer son livre, illustrer pour l’auteure Isabelle Callis Sabot, … cela a mis Tania sur le chemin de la réussite et de la reconnaissance dont elle a tellement besoin comme tout un chacun,

Mais cette expérience est aussi pour tous ceux qui n’ont pas encore pris leur envol, d’avoir un espoir, un moteur, en se disant que c’est possible pour eux aussi.

L’association T-Extra-Ordinaire et le site www.t-extra-ordinaire.com sont nés de l’envie de Florence (maman de Tania) de faire connaître et valoriser les projets artistiques de Tania et des personnes comme elle, porteuses d’une différence ; car à travers la valorisation du regard de l’autre, né la confiance puis l’estime de soi, sources de progrès et réalisation de soi…

N’hésitez pas si vous connaissez des personnes Extra et pas Ordinaires qui réalisent des projets artistiques, à prendre contact !

 

 

2.jpg

 

6.jpg

 

 

Siréna est une jeune sirène qui veut sauver l’océan des destructions et pollutions humaines, mais aussi le cœur des personnes autour d’elle. Elle croit en un monde merveilleux. Le conte montre la transformation par le cœur des plus méchants et la découverte de cette « cité mystérieuse »… après de nombreuses aventures. Assimilé aux contes merveilleux, cette histoire montre aux enfants, qu’en suivant ses rêves même si cela demande de passer des épreuves, tout est possible…

3.jpg

 

5.jpg

 

En 1501, Marguerite d’Autriche épouse Philibert de Savoie.

Parce que cette union dictée par les enjeux politiques devient très vite un mariage d’amour, la princesse flamande oublie qu’elle a été la malheureuse petite reine de France répudiée par Charles VIII et supplantée par Anne de Bretagne. Elle se console aussi du trépas de don Juan, son deuxième mari, fils des Rois Catholique d’Espagne. Elle n’a que vingt et un ans, la providence lui sourit enfin.

Mais l’infortune frappe de nouveau. Philibert meurt en 1504. Il laisse une veuve inconsolable et un vœu irréalisé : celui de reconstruire le petit prieuré de Bourg-en-Bresse.

Marguerite s’attache alors à l’édification du monastère de Brou. Cependant le sort s’acharne encore contre elle, l’arrachant à son douaire savoyard. La mort de son frère Philippe le Beau laisse vacante la régence des

 

Pays-Bas. À la demande de son père Maximilien, la jeune veuve regagne sa Flandre natale. Elle va alors gouverner, tout en assurant la tutelle de ses neveux, dont le futur Charles Quint.

Mais Philibert occupe toujours ses pensées. Jusqu’à son dernier souffle, elle lui dévouera une fidélité sans limites. Elle refusera tout hyménée, éconduira tout prétendant, bannira toute aventure galante. Le beau duc restera sa seule passion, son unique amour, celui auprès duquel elle dormira son dernier sommeil.

 

 

UNE CONFERENCE, LE JOUR DU SALON

 

 

" les Duos Iris, La différence vue sous l'angle de la chance"
Déroulé proposé de la présentation :
  • vidéo 
  • Présentation des enjeux et principes par Isabelle et Tania
  • Echanges avec la salle

Les Duos Iris ont pour but de permettre la réalisation d’œuvres artistiques grâce à la complémentarité de deux artistes, avec pour originalité que l’un d’eux soit porteur d’un handicap de quelque nature que ce soit et doué d’un talent à valoriser, et l’autre confirmé ou reconnu dans son talent.

 

unnamed.jpg



26/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres