Les Rencontres Littéraires De Morières

Les Rencontres Littéraires De Morières

VANESSA TERRAL

 

 

Vanessa Terral est née un dimanche d’octobre 1983. Âgée d’une petite année, elle gagne l’ombre bénie des reliefs secs et poussiéreux de Provence. C’est alors le début d’une enfance dorée dans un immense jardin sauvage, au pied d’une colline de pins, de chênes, de thyms et de broussailles. Un livre l’accompagne toujours, fidèlement glissé au creux de son coude ou d’une poche.

Depuis cette époque, elle est animée par le besoin et le désir de créer, d’imaginer, de raconter. Cet élan prend plusieurs visages : dessin (elle est très mauvaise), théâtre et enfin écriture. Elle passe ses premières années d’études à Valence, sur laquelle veille le château de Crussol. Elle les poursuit à Paris.

Durant cette période, elle entre dans le fanzinat et rejoint une association d’aide à cette activité (MéluZine) comme on prendrait une bannière. Le milieu amateur rassemble un foisonnement d’esprits créatifs d’où émergent des univers éclatants et chamarrés. Quelque temps après, elle fait le grand écart entre le milieu du manga et celui de l’Imaginaire, participe à divers titres et appels à textes : le fanzine Borderline – qui l’a publiée sous le nom de Vanessa Lamazère –, les éditions Argemmios, le webzine Le Royaume des fées, les œuvres du collectif Les Enfants de Walpurgis… Elle rencontre le jeu de rôle, formidable exercice à développer l’inspiration et la véracité des histoires, qu’elle pratique autour d’une table ou en costumes lors de Grandeurs Natures.

Son goût pour les légendes et les mythologies se confirme, s’amplifie. Elle visite les panthéons vaudou, scandinave, maori… Elle parcourt les contes, les épopées et, de contées en racontées, devient aussi conteuse et lectrice à voix haute. En 2011, elle s’installe dans le Sud de la France.

 

TITRES    

 

 

                                                                                                           

L’Aube de la Guerrière (roman fantastique, urban fantasy) – éd. du Chat noir

                                             RESUME

 

« Marre de jouer les éboueuses ! De ramper dans les divers infra-mondes à traquer les monstres les plus tordus de la Création. Et maintenant, on nous envoie sans équipier, direct au casse-pipes ! Trop de boulot, qu’ils disent. Trop de manifestations. Il paraît que c’est à cause de la fin du monde. Quel monde, déjà, je ne sais pas trop… Mais quelle fin en plus ?! On a déjà eu droit à l’éclipse de 1999, au bug de l’an 2000, à l’ère du Verseau qui s’est glissé quelque part là-dedans et maintenant à décembre 2012 grâce à cette connerie de calendrier maya ! N’importe quoi…

 

Remarquez, je devrais quand même me méfier ; je suis bien placée pour savoir qu’en matière de légendes, il n’y a pas de fumée sans feu. La preuve : moi, ça fait trois semaines que je suis un ange guerrier.»

 

À peine décédée, Solange est envoyée à l’armurerie divine. Le Livre de saint Pierre a parlé : guerrière par prédisposition naturelle, mais ange sans grande valeur, elle ne sera d’aucune utilité dans la guerre qui oppose les siens aux démons. Autant l’utiliser près des Fosses, ces lieux dispersés dans les plans qui ont pour point commun d’abriter des Larves et autres créatures de cauchemar. Lesquelles ont une fâcheuse tendance à fuguer…

 

Un job qui n’a rien de bien intéressant – à part une meilleure connaissance des différents types d’effluves méphitiques – jusqu’à ce qu’elle découvre que les démons aussi envoient des guerriers dératiser les abords des Fosses. Dont Terrence et Aghilas… ce dernier possédant le même Don qu’elle, un pouvoir très rare visiblement : le Feu des Ténèbres.

 

 

Ainsi commence la Nuit (recueil de nouvelles fantastiques)

 

                         RESUME

 

On les appelle parfois les « habitants de la Nuit ». Ils errent dans ces heures incertaines où l’humain n’est plus très sûr de ce qu’il voit. À la lisière de notre monde et de nos perceptions, leurs pas claquent sur le bitume en écho aux légendes urbaines et aux puissances oubliées.

 

À travers onze nouvelles, Vanessa Terral nous emmène sur la piste nocturne de ces créatures funestes et fascinantes. Puissiez-vous approcher vampires, fantômes et gardien des morts sans que votre âme ne soit assombrie par leurs tourments…
 
Saisons païennes (anthologie fantastique, fantasy) – éd. du Chat noir
                                            RESUME

Les fêtes païennes se succèdent au rythme lent de la roue de l’année. Les rites se suivent, de l’éclosion de la Nature à la saison sombre, en passant par la maturité et l’abondance – puis la venue de ce miracle sans cesse répété : le renouveau. Aujourd’hui encore, ces agapes nous parlent des ravages des tempêtes et des frimas, de la peur de la Nuit, de l’émerveillement face à la Vie, de la passion charnelle qui réchauffe les âmes aussi bien que les corps.

Dans ces Saisons païennes, huit auteurs vous invitent à découvrir autant de célébrations, ainsi que les couleurs, les émotions et les enseignements qui les définissent. Chacune de leurs histoires, illustrées avec poésie et tendresse par Serafina, joue des symboles et de l’atmosphère appartenant à la fête qui l’a inspirée.

Liens familiaux et liens d’amour, mais aussi quête d’identité et soif d’acceptation par soi-même comme par les siens sont autant de questions qui se font écho d’un récit à l’autre. L’individu se transforme dans une alchimie sauvage et naturelle qui se réalise depuis l’enfance de l’humanité. Il évolue et se « dépasse », pourrait-on dire. Mais il n’est pas tant question d’aller au-dehors de soi que de chercher sa vérité en son âme et son esprit.

La Roue des Saisons résonne, au final, comme un voyage vers soi-même.

 


Chants de Totems (anthologie comprenant du fantastique, de l’historique, de l’horreur… sur le thème commun des Indiens d’Amérique du Nord) – éd. Argemmios
                                                                    RESUME

Pour ce second Périple Mythologique, treize auteurs ont chaussé leurs mocassins et sont partis sur les traces des légendes amérindiennes.

Enquête dans les terres apaches, manifestations surnaturelles chez les Hopis, mystères polaires des Inuits, mémoire des Sioux encore hantés par la Ghost Dance et Little Big Horn…

L’oiseau-tonnerre traverse le ciel. Sous ses ailes déployées chantent les ultimes totems. Alors approche, ami lecteur. Viens en paix, prends place, et que le souffle du Grand Esprit, bienveillant ancêtre sous sa coiffe enrichie de ces treize plumes, bénisse ta lecture.

 

Ghost Stories tome 1 (anthologie comprenant du fantastique, de l’horreur… sur le thème des histoires de fantômes) – éditions Asgard

 

                                                   RESUME

Dix-sept histoires de fantômes, dix-sept « ghost stories » écrites par les plus belles plumes de l’imaginaire francophone. S’appropriant le grand thème classique des revenants, dix-huit auteurs vont revisiter ces histoires au travers des genres, des époques et des contrées.

Dix-sept contes à faire peur ou à rêver, agrémentés de nombreuses micronouvelles, pour vous entraîner vers des territoires mystérieux et inconnus.

Êtes-vous prêts à frémir et à franchir les portes de l’au-delà ?

 

Le Lamento des ombres (anthologie fantastique, fantasy, uchronique) – éd. du Chat noir

 

                                              RESUME

 

Tempo sourd ou pure envolée, trille innocente ou rugissement de haine, la musique vibre à nos oreilles de ses multiples identités. Tantôt berceuse, parfois fracassante, elle n’a pas de frontières, elle ignore les bornes. Ou plutôt, elle les refuse. L’harmonie, ce fluide évanescent de cannelle et de myrrhe qui perce jusqu’aux palissades des cultures, marche aux confins de la mortalité. Elle transgresse les limites humaines. Elle apporte l’ailleurs jusqu’à nous, nous y transporte. Elle ouvre des passages vers des mondes imperceptibles et les créatures qui y vivent. Pour la beauté, pour la musique…

 

Huit auteurs se sont rencontrés autour d’une poignée de notes. Certains ont pris l’immortalité en Dot majeure, d’autres un chant Fa-erique aux accents tragiques. Les restants se sont partagé des partitions en clés de Sol afin de passer une porte, une épreuve… ou la muraille dont s’entoure un cœur. Dans ce grand opéra à huit voix, l’Histoire croise l’utopie, la fantasy médite en compagnie du fantastique romantique sur la magie et les pactes faustiens. Un arpège délicat se met en œuvre. Une mélodie douce-amère, où les ombres évoluent dans les brumes comme dans les consciences…

 

Le sentier du lamento vous mènera jusqu’à elles.


Retrouvez Vanessa sur son nouveau site :
 
                         http://vanessaterral.fr



 

 

 



04/12/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres