Les Rencontres Littéraires De Morières

Les Rencontres Littéraires De Morières

GUY AYMARD

 

 

                                 

 

 

Commencé avec "Ank le marcheur". Douze romans retraçant les grandes époques de ce que fut l’aventure humaine avec beaucoup de luttes, de souffrances, de réussites et d’échecs, d’avancées éclatantes et de retours douloureux, d’essors tumultueux, de victoires dont la joie les fait prendre pour définitives et de défaites effaçant l’espérance même.

 

 

RESUME

I : « ank le marcheur » (L’aurore)

Ce roman prend l’Homo Sapiens à l’époque du Goulot d’étranglement (-80.000 ans) pour la raison que la lignée humaine y repart presque de zéro. Elle balbutiait, certes ! depuis des millions d’années, sa prise de possession. À cette date, c’est l’envolée en concomitance avec son cousin néandertalien qui va l’accompagner un temps. Ank recherche une compagne sur une terre vidée de ses occupants et plus que jamais farouche. Publié Le Manuscrit

 

 

RESUME

 

II : « L’arc d’alliance » (Le déluge)

 

Roman de science fiction encore qu’il se cale sur les récits fabuleux du Déluge et de l’Atlantide, (-10.000 ans) rhabille les versets bibliques, corrige ses imprécisions et remplit ses vides. Des dieux qui n’en sont pas vraiment vagabondent et disparaissent lorsque leur besogne est achevée. Là encore, une humanité, détruite par le déluge, reprend du service en croissant et se multipliant. Publié chez Mon petit éditeur

 

 

RESUME

 

III : « Le cygne de la croix » (L’injustice)

 

Nous en sommes aux années zéro. Un dieu fait homme occupe le devant de la scène, avec Caïphe et Ponce Pilate. Parmi le groupe qui écoute son enseignement, il y a une jeune femme intellectuellement brillante que la vie a meurtrie. Elle écoute les paraboles du démiurge et les explique aux apôtres nominés. Suiveuse de Jésus, elle assiste à sa crucifixion et à sa résurrection mais est rejetée par le groupe des douze. La raison ? Elle est une femme. Publié par Édilivre

 

 

RESUME

 

IV : « Comitissa » (Une femme libérée)

 

Fatalité immémoriale de naître femme, hormis sans doute au cours des cinquante dernières années. Au XIIe siècle, la féodalité est en plein essor. Béatrice de Die, la première troubadouresse des pays de langue d’oc, est l’héritière à quinze ans de sa comté que lui disputent les autorités religieuses et suzeraines. Néanmoins, en vertu du droit romain en usage dans les territoires d’Occitanie, elle va lutter pour conserver son fief dans l’attente du retour possible de son père disparu lors de la deuxième croisade et chanter pour l’amour de Raimbaut d’Orange, son voisin. Publié par Publibook

 

 

 

 

 

 

Vers le milieu du XIXe siècle, le monde paysan et le monde ouvrier se cherchent des débouchés, une langue, une condition. C’est l’occasion pour une jeune fille de la ruralité (sur une histoire vraie) de tenter une incursion dans la ville toute proche. Elle y trouvera un grand amour que les usages bourgeois du temps vont finalement condamner. Ce livre a été édité par les éditions Persée

 

 

                     



06/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres